planes

13 juin 2018

Padoue

Aujourd'hui je n'ai pas ouvert un livre. Ce que j'ai lu de mieux : le slogan du Slip français. « Tu veux changer le monde ? Commence par changer de slip. » (je ne garantis pas l'exactitude de la citation)

Posté par planes à 22:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 juin 2018

Le but

Match amical France - Etats-Unis, 78ème minute, égalisation de Mbappe pour la France. Nabil Fekir avance et fixe la défense américaine par sa conduite de balle, la plus proche en France de celle de Messi. Il décale Pavard, démarqué sur l'aile, qui fait un choix surprenant : l'espace en direction du but est ouvert, on s'attend à ce qu'il le prenne, mais lui choisit un centre en retrait instantané. Il gâche le décalage, pense-t-on. Disons qu'il le sacrifie contre un autre bénéfice, de surprise. Les défenseurs américains courent à toute allure vers leur ligne de but. Fékir les avait fixés, le décalage à combler les jette dans le mouvement. Mbappe n'a pas les mêmes contraintes, peut-être a-t-il aussi ce mystérieux sens du but, il est à la réception du centre et marque. Pavard a peut-être centré vite par timidité, nous ne le saurons jamais. Si un défenseur avait intercepté le centre, comme il s'en est fallu de peu, ou si Mbappe avait tiré sur le gardien, l'action aurait disparu dans les limbes. Nous jugeons par l'événement, le but marqué ; il ne faudrait pas pour autant négliger de raconter l'histoire.

Posté par planes à 16:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mai 2018

Le prisonnier

Dans l'épisode 11 de la saison 4 de Breaking Bad, Ted Beneke bute légèrement dans un pli du tapis. Je me souviens avoir naïvement pensé que la chose était admirable : soit l'acteur avait réellement trébuché et la prise avait été conservée pour l'effet de réel, soit l'accident était scénarisé et laissait ouvert le champ des interprétations : était-ce là conséquence de la joie, de la peur, de la culpabilité, pourquoi pas une annonce obscure du destin ? Un peu plus loin dans l'épisode, on comprend que le tapis avait été froissé par les scénaristes, impitoyables Parques, pour préparer la chute fatale. Le petit coin de ciel bleu n'était qu'un trompe-l'oeil dans le plafond d'une prison. Le temps est non seulement long, mais il est clos. C'est sans doute pourquoi je préfère Mad Men à Breaking Bad : tout ne se limite pas à la question morale de la frontière du bien et du mal, on ne voit pas le fond de la psychologie des héros, il nous faut l'imaginer. D'un côté, une prise de courant, une bouche d'aération, pour cacher du poison ou de l'argent ; de l'autre, une tapisserie qu'un enfant arrache par lambeaux.

Posté par planes à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2018

Coupez !

Breaking Bad, comme How I Met Your Mother, multiplie les prolepses. Une scène extraordinaire ouvre l'épisode, lequel se déploie pour expliquer comment on en est arrivé là. C'est le meilleur moyen de capter l'attention, on devrait sans doute dire de la capturer même. Ainsi Walter White, en slip, une arme à la main, enregistrant une vidéo testament dans le premier épisode de la série. L'incongruité de la scène est renforcée par ce paradoxe : il semble que le héros n'a aucun moyen de s'en sortir et la série commence par ce qui a tout l'air du dernier épisode. Une série en un épisode, cela s'appelle un film. Walter White doit mourir ou être arrêté, cette conclusion est inévitable, sans quoi la série serait accusée de faire l'apologie de la drogue et de son commerce. Elle surviendra au bout de cinq saisons et soixante-deux épisodes, soit une cinquantaine d'heures de durée. Sans remettre en cause l'indéniable ingéniosité de ses scénaristes, ni l'enthousiasme des innombrables admirateurs de la série, comment ne pas trouver tout de même le temps long ?

Posté par planes à 06:07 - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 mai 2018

How to be a father ?

Il y a dans le seizième épisode de la sixième saison de How I Met Your Mother l'une des plus justes conceptions de la paternité que je connaisse. Marshall vient de perdre son père, il peine à surmonter l'épreuve et raconte à Ted un souvenir d'enfance : à l'arrière de la voiture familiale, sur la route des vacances, on le voit enfant, heureux, confiant dans le pouvoir qu'a son père de conduire la nuit. Pour lui qui ne voit pas plus loin que le halo des phares, cela lui paraît digne d'un super-héros. Plus loin dans l'épisode, Marshall doit à son tour conduire nuitamment, sous la neige. Son père lui apparaît alors sur la banquette arrière et lui avoue :

« Here's a secret. I couldn't see worth a damn either buddy. I just kept driving forward, hoping for the best. »

Posté par planes à 22:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]