planes

24 novembre 2016

Maintenant

« Il faut remettre une fois par an son avenir en jeu. »

Arthur Cravan

Posté par planes à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 mars 2016

Rire et chanson

Un des spectacles de Gad Elmaleh s'intitule L'autre, c'est moi ; voilà qui explique pourquoi il rigole continûment à ses propres blagues.

Posté par planes à 13:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2016

Jars

J'aperçois en une de Télérama Adèle Haenel en smoking, avec ce titre : « Le cinéma blanc et masculin, j'en ai marre ».

La lumière des projecteurs éblouit, échauffe, mais ne hâle pas ; pauvre petite actrice, je te trouve bien blanche, et bien masculine.

Posté par planes à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2016

Avant terme

La beauté pour un homme, cela ne fait gagner que quinze jours, aurait dit Talleyrand. Mon fils a pris, dès sa naissance, trois semaines d'avance.

Posté par planes à 12:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 décembre 2015

Ego

Patrick Bruel reprenant le répertoire de Barbara : ma plus belle histoire d'amour, c'est moi.

Posté par planes à 15:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juin 2015

Seconde tigre

 

 

Posté par planes à 16:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2015

Incertitudes

Dans Les Incertitudes du langage, retranscription d'entretiens radiophoniques de Jean Paulhan avec Robert Mallet, on trouve cet échange :

« Robert Mallet :
— Si je ne me trompe, Nîmes était aussi une colonie égyptienne ?

Jean Paulhan :
— Oui. Il se peut très bien que j'aie un peu de sang égyptien. Mais je ne sais rien là-dessus. Les Romains avaient fait venir des Egyptiens parce qu'ils avaient une réputation de grands travailleurs. On disait « travailler comme un Egyptien » comme on dit aujourd'hui «travailler comme un nègre ».

Qui d'ailleurs ne travaille guère.

— Si. Je viens de les voir encore en Guinée. Ils travaillent avec une extraordinaire rapidité pendant cinq ou dix minutes. Il faut les voir porter de la terre dans leurs petites brouettes. C'est un éclair. Puis ils se couchent. On les comprend très bien, c'est ce qu'on a soi-même envie de faire. Ce doit être un effet de la chaleur. »

 

De Marx à Guerlain : l'histoire qui se répète comme farce, la farce qui se répète devient histoire. Ou anecdote, qui pourrait bien être le contraire de l'histoire. Laissons les sentences aux tribunaux, et contentons-nous d'un conseil : la lecture de ce livre délicieusement drôle.

Posté par planes à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]