22 octobre 2018

L'Opinion

Je suis l'actualité de bien loin, mais une chose est parvenue à me surprendre tout de même : l'unanimité critique envers la réaction de M. Mélenchon à la perquisition de son domicile. Et le plus étrange est qu'on ne critique pas son discutable choix de filmer la scène, ou sa plus discutable encore mise en scène en selfie, mais ses paroles affirmant que sa personne est sacrée et son noli me tangere. Les journalistes y voient de l'hybris, je n'ose imaginer ce qu'en ont dit les twitteurs. Je n'y vois guère qu'un cabotinage, une parodie... [Lire la suite]
Posté par planes à 09:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2018

Comacina (souvenir d'été)

Nous sommes au bord du lac de Côme, c'est une belle après-midi de juillet. Nous venons de nager jusqu'à la petite île de Comacina, puis nous avons regagné le rivage, en faisant de grandes brassées pour être vus des plaisanciers distraits. Des adolescents, venus en Vespa, s'amusent : les garçons jouent au foot, les filles se prélassent au soleil en les regardant. Comme souvent en Italie, le niveau des joueurs a moins d'intérêt que leur sérieux, leur concentration et, chose extraordinaire pour une partie de plage avec des buts... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 octobre 2018

Problemos

Il y a d'abord un lieu, très beau, la vallée de la Beaume en Ardèche et des prés d'un vert inhabituel en été. Il manque quelque chose à celui qui ne connaît pas ce coin de France et le plaisir de quitter la fraîcheur du bois de Païolive pour se plonger dans celle du Chassezac. Le film dure 1h20, c'est tellement rare que cela en devient extrêmement réjouissant. Un film ne devrait jamais excéder la durée idéale du spectacle : une heure trente (on peut à la rigueur concéder en plus le quart d'heure de la mi-temps). La musique, signée... [Lire la suite]
Posté par planes à 22:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2018

Faire genre

Interviewée, Christine and the Queens, devenue Chris, parle d'acceptance, et c'est plutôt gênant. Elle a sa nouvelle coiffure qui se veut masculine. De loin, en effet, on dirait Jérémie Elkaïm, mais en gros plan la source d'inspiration apparaît nettement : Valérie Lemercier en Odeline Fion. Le féminisme de l'époque n'est plus à la garçonne, mais au garçonnet, ou indifféremment à la fillette. La comparaison vaut moins pour la coupe de cheveux que pour les mimiques, et pour une révélation plus large sur quelques spécimens de cette... [Lire la suite]
Posté par planes à 15:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2018

Ménagerie

J'apprends en feuilletant un fascicule, sorte de petit magazine féminin qui assumerait sa raison d'être publicitaire et mercantile, que le jaune était la couleur de l'été dernier. Je trouve enfin le pourquoi de la recrudescence dans les rues de femmes portant vêtements de ce jaune foncé, de tous les jaunes le plus laid, proche de la couleur de la moutarde et des selles de bébé allaité, vêtements qui habituellement constituaient les derniers invendus à la fin des soldes et qu'une mystérieuse main invisible a réussi soudain à rendre... [Lire la suite]
Posté par planes à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 septembre 2018

Les papillons... les papillons...

Ils avaient pâle allure tous ces papillons nacrés au liséré brunâtre, échoués en plein jour dans les rues de notre village : la fameuse pyrale du buis était arrivée jusqu'à nous. Imagine-t-on une invasion de papillons flamboyants sous nos latitudes ? Est-ce que la prolifération nocive va nécessairement de pair avec le terne de la livrée ? Question idiote — il s'agit de papillons de nuit —, typique de mes réflexes de pensée : les oiseaux au plus beau chant différent-ils systématiquement de ceux aux couleurs vives ? Quels sont les... [Lire la suite]
Posté par planes à 20:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2018

Tout ça pour ça

Lundi soir, je tombe sur Un Homme et une Femme ; je ne l'avais jamais vu, j'en regarde une demi-heure. Le film est épouvantable, Jean-Louis Trintignant me fait penser à Macron, Anouck Aimée à Jenifer — ce qui est mieux, mais qu'est-ce qu'elle minaude ! —, un montage heurté mais dépourvu de rythme tient lieu de continuité narrative : c'est bien beau de préférer la vie à l'art, comme on le fait dire à Giacometti, mais alors il ne faut pas faire œuvre. Et pourtant, je regarde le film avec un certain plaisir, celui que procure un document... [Lire la suite]
Posté par planes à 21:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2018

Automne

Il est presque midi, dimanche, et le carillon de l'église, dans la ville en contrebas, joue À la claire fontaine. J'interromps mon débroussaillage pour écouter cette mélodie qui toujours m'évoque non pas des souvenirs d'enfance vécus, mais des imaginaires, quand je rêvais d'une France lointaine peuplée de chevaliers et de bergers. Un homme ahanant me ramène au temps présent ; il remonte en courant le chemin de pierres, que nous avons cessé, avec le temps, d'appeler chemin des ânes, alors que ses nouveaux habitués font tout pour nous... [Lire la suite]
Posté par planes à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Dioscures

Je lis Parler au papier, carnets de Jean Rodolphe de Salis, que je ne connaissais pas et que j'associais sans doute inconsciemment au créateur du Chat noir. Je comprends vite que notre homme est suisse, mais, ce qui me déboussole, la faute à son nom, qu'il écrit en allemand et que ses carnets sont traduits en français. Je découvre cela en naviguant de l'avant-propos à la page de garde, prenant lentement mes marques à l'entrée de ce livre. Pour m'y aider, à la première page (24 juillet 1981) : « Hier, visite de Jérôme... [Lire la suite]
Posté par planes à 11:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2018

Coupé du monde

    Je n'ai jamais été plus ému, pendant cette Coupe du monde, qu'à la vue de ces images. J'avais joint la foule en liesse, à la recherche de communion, mais il y avait un anachronisme entre la victoire et la joie, qui m'avait laissé un peu en retrait. Pour le dire vite, la fête était organisée avant l'heure, et n'avait pas de rapport avec la victoire : chacun voulait revivre la joie de 1998, et plus encore s'il ne l'avait pas connue. C'était une joie d'imagination qui se réalisait sans surprise, sans kairos. Et puis... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]