04 juin 2015

Seconde tigre

   
Posté par planes à 16:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2015

Incertitudes

Dans Les Incertitudes du langage, retranscription d'entretiens radiophoniques de Jean Paulhan avec Robert Mallet, on trouve cet échange : « Robert Mallet :— Si je ne me trompe, Nîmes était aussi une colonie égyptienne ? Jean Paulhan : — Oui. Il se peut très bien que j'aie un peu de sang égyptien. Mais je ne sais rien là-dessus. Les Romains avaient fait venir des Egyptiens parce qu'ils avaient une réputation de grands travailleurs. On disait « travailler comme un Egyptien » comme on dit aujourd'hui «travailler comme un nègre ». —... [Lire la suite]
Posté par planes à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 avril 2015

Traverser

  Nous devrions traverser la vie comme Alain Delon traverse le marché de Mongibello dans Plein Soleil.    
Posté par planes à 18:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2014

Wuwei

Encore faut-il comprendre l'exemple pour le suivre : ce n'était pas affaire de volontarisme agressif, mais un choix rationnel, coulé, adulte. J'ai souvenir d'une nouvelle d'Anatole France dont Napoléon est le héros et j'avais été frappé par cette idée que seuls les enfants sont volontaires. Je l'ai lue au sortir de l'enfance, du moins le croyais-je.
Posté par planes à 10:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 septembre 2014

La prime aube

Il y a un peu plus de dix ans, je commençais ainsi une note : « Longtemps je me suis privé de bonheur ». Vers la même époque, celle qui allait devenir ma femme prenait une décision : désormais, elle serait heureuse. Nos blogs voisins qui en témoignent ont depuis disparu, qu'importe, puisqu'ils ont permis notre rencontre. Ma femme est exemplaire.
Posté par planes à 07:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juin 2014

Back in (ghost) town

Cher journal, Cela fait plusieurs années que je te délaisse, mais ne va pas croire que je suis allé voir ailleurs. Au début, j'avais des idées de notes, puis je n'ai plus eu d'idées. Je me suis lancé plusieurs fois dans des entreprises de métablogging, mais frappé par le ridicule de la chose je n'ai rien publié, inconscient du ridicule plus grand encore où me jetait cette précaution. Tous les silences ne se valent pas, leur qualité dépend de ce qu'on tait. J'étais un meilleur homme du temps où je bloguais. Mon électricité, je ne la... [Lire la suite]
Posté par planes à 15:12 - Commentaires [5] - Permalien [#]

02 janvier 2014

Et la santé

Comme chaque année, à partager — et le partage est chaque année plus avantageux —, mes vœux de joie et de courage, pour cette nouvelle année, à quiconque s'est ici égaré.
Posté par planes à 09:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 novembre 2013

Artistement

   « À propos d'Ishiyama, voici une autre histoire curieuse : au terme d'une longue hésitation sur le choix de l'endroit où j'irais, cette année, voir la lune d'automne, j'avais opté finalement pour le monastère d'Ishiyama ; or, la veille de la pleine lune, je découvris dans un journal une information selon laquelle, pour ajouter au plaisir des visiteurs qui viendraient au monastère le lendemain soir pour contempler la lune, on avait dispersé dans les bois des hauts-parleurs qui diffuseraient un enregistrement de la Sonate... [Lire la suite]
Posté par planes à 18:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 octobre 2013

Mission

« Qui sème dans les larmes moissonne en chantant », peut-on lire sur le socle d'une croix de mission, au milieu des vignes. C'est extrait d'un psaume et cette version me plaît : le graveur a choisi la forme la plus brève, il a fait l'économie du futur et il y a là plus que du bon sens. J'avais le choix entre reporter la formule ici ou me la faire tatouer sur le torse ; j'ai le torse grêle, et moi aussi quelque bon sens.
Posté par planes à 17:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 juin 2013

Adieu au foot ?

   « Jour de gloire, à l'inverse, en bord de mer. Adolescent, trois heures de l'après-midi, en août, quand la plage est brûlante et que l'air tremble dans la chaleur torride. Tout près de là, un petit terrain privé, entre des palmiers chétifs et trois brins d'herbe. Mais avec des buts parfaitement réglementaires. A vrai dire, le ballon n'était même pas lourd, mais cela fut suffisant pour créer le miracle : un tir sec, et la barre transversale brisée en deux, qui descend en grinçant sur le gardien !     Ce... [Lire la suite]
Posté par planes à 10:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]