07 novembre 2018

Flache info

Tout ce que je sais des déclarations de Macron sur le maréchal Pétain : des sous-titres sur BFM aperçus de l'autre côté d'une vitrine, la retranscription d'un commentaire d'Alain Duhamel sur RTL, dont je me permets d'extraire ce remarquable paragraphe : « Une réaction du Crif compréhensible, voire légitime. Les Juifs ont été pendant la Seconde Guerre mondiale tellement injustement traités, spoilés et déportés, que le fait que le Crif réagisse par un cri de colère en entendant parler de cette période c'est tout à fait compréhensible.... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2018

Sacrifice

N'être ni coupable, ni victime ; ni faible, ni cynique. Et refuser absolument le sacrifice de soi, parce qu'il fait de celui qui y cède une victime et un coupable. 
Posté par planes à 23:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2018

Vestale - Veste - Vestiges

(vieux brouillon de note)   Elle m'a dit : « Tu es l'homme le plus drôle du monde. » J'ai pensé : c'est le moment ! J'ai penché mon visage vers le sien pour l'embrasser. Elle a ri.
Posté par planes à 23:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 novembre 2018

Burger King

Les employés du Burger King s'activent en cuisine. Il y a parmi eux, comme dans les autres restaurants franchisés où il m'est arrivé de m'asseoir, une forte proportion d'obèses. La cause en paraît évidente : ils mangent ce qu'ils préparent et ce régime déséquilibré les condamne à l'engraissement. Moi qui pendant ces vacances ai fréquenté les fast-foods plus que de raison, je sens que cela a suffi à m'empâter un peu. Il est possible aussi qu'ils aient été embauchés déjà pathologiquement gros, pour déculpabiliser le client de céder ce... [Lire la suite]
Posté par planes à 11:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2018

SAS

Alors que je franchis le seuil du bureau de poste, je vois une femme dans la rue qui vient vers moi. Je m'apprête à lui tenir la porte, puis me ravise : depuis quelque temps, il faut sonner pour demander à la guichetière l'autorisation d'entrer. Si je tiens la porte, je contreviens à ces nouvelles consignes de sécurité ; si je la referme, aux règles les plus élémentaires de la courtoisie. Je choisis la deuxième option, parce que la femme est encore loin, qu'elle peut très bien aller chez le coiffeur à côté et que cette incertitude... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 novembre 2018

La France n'a plus peur

Mon fils, bientôt trois ans, entend dans la pièce d'à côté la musique du journal de 20h de France 2. Nous le regardons rarement, et pourtant il se précipite en me tirant par la main : « C'est Mac'on, c'est Mac'on ! »
Posté par planes à 23:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2018

Tout saint

Une semaine a passé, en plus des quinze années, et je n'ai rien publié, pour la même raison que je ne l'avais pas fait à l'époque : une erreur de timing. Ces notes auraient dû sur le champ faire note. Note : le nom même de la chose dit à quel point elle est mineure et rend le stade du brouillon superflu. J'ai essayé de me contraindre à sortir de l'à quoi bon de leur publication en prenant à témoin un hypothétique lecteur, alors qu'il faut au contraire se prendre soi-même pour témoin. Je me disais : il doit bien y avoir chaque jour... [Lire la suite]
Posté par planes à 22:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2018

Paperasserie

Aux fortes pluies récentes le toit n'a offert qu'une résistance imparfaite, un tas de vieux papiers a pris l'eau ; parmi eux je retrouve des feuilles de brouillon contenant des embryons de notes datant d'il y a presque quinze ans. Ces feuilles sont les plus mal commodes qui soient, elles remontent à la préhistoire de l'informatique, sont imprimées par endroits de suites inintelligibles de lettres et de chiffres, qu'on gagne à contourner plutôt qu'à recouvrir, leur format est impossible, elles sont pliées en accordéon et on ne sait... [Lire la suite]
Posté par planes à 15:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2018

L'Opinion

Je suis l'actualité de bien loin, mais une chose est parvenue à me surprendre tout de même : l'unanimité critique envers la réaction de M. Mélenchon à la perquisition de son domicile. Et le plus étrange est qu'on ne critique pas son discutable choix de filmer la scène, ou sa plus discutable encore mise en scène en selfie, mais ses paroles affirmant que sa personne est sacrée et son noli me tangere. Les journalistes y voient de l'hybris, je n'ose imaginer ce qu'en ont dit les twitteurs. Je n'y vois guère qu'un cabotinage, une parodie... [Lire la suite]
Posté par planes à 09:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2018

Comacina (souvenir d'été)

Nous sommes au bord du lac de Côme, c'est une belle après-midi de juillet. Nous venons de nager jusqu'à la petite île de Comacina, puis nous avons regagné le rivage, en faisant de grandes brassées pour être vus des plaisanciers distraits. Des adolescents, venus en Vespa, s'amusent : les garçons jouent au foot, les filles se prélassent au soleil en les regardant. Comme souvent en Italie, le niveau des joueurs a moins d'intérêt que leur sérieux, leur concentration et, chose extraordinaire pour une partie de plage avec des buts... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]