12 avril 2011

S'il gèle à la Saint-Stanislas, on aura deux jours de glace

11 avril, deuxième baignade de l'année. Il six heures du soir, le vent a fraîchi l'eau, le soleil a presque achevé son déclin et je commence tout juste le mien. Courageuse, ou simplement normande, elle s'immerge sans barguigner ; pour ne pas perdre la face, et tant que mes jambes coupées parviennent encore à me mouvoir, je plonge, puis sors sans m'attarder, sous l'oeil goguenard des crabes vengés.
Posté par planes à 19:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2011

A la Sainte-Constance, plein hiver en France.

Première baignade de l'année, un 8 avril. L'eau, déjà chaude, est encore claire : on voit déambuler des crabes aux grands yeux surpris d'être si tôt dérangés. Je m'accommode plutôt bien du réchauffement climatique.
Posté par planes à 22:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2011

Interlude, 2 (variante)

  Nous avons gagné ce soir, mais j'ai failli coûter l'égalisation à quelques secondes du terme sur une des pires maladresses de toute ma vie — laquelle j'ai vue défiler avant que l'erreur se révèle sans conséquence.
Posté par planes à 00:04 - Commentaires [4] - Permalien [#]
06 avril 2011

Interlude

  Evidemment, dit comme ça, c'est un peu moins impressionnant.
Posté par planes à 19:53 - Commentaires [4] - Permalien [#]
04 avril 2011

César Cascabel

                                      Quand on trouve un si joli nom, on en fait un titre, rien de plus normal.César Cascabel, sa famille et leur roulotte digne du Capitaine Nemo, se mettent en route en Amérique pour retrouver la Doulce France. Dès le début du voyage, ils se font voler leur pécule par deux coquins. On ne reverra ni l'un ni les autres,... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2011

Biscuit

Je me suis rendu compte que, m'étant mal fait entendre, un « quoi », un « comment » ou pire un « hein », prononcé là où j'attendais un « pardon », provoque un léger heurt dans les profondeurs, bien relatives, de mon être et un imperceptible malaise à l'épicentre de ma conscience. Il n'est pas ici question d'un défaut de politesse chez l'autre, mais d'un excès pathologique de délicatesse chez moi. La vie est pleine de choses qui blessent le cœur, écrivait l'une, de choses redoutables, écrivait l'autre ; celle-ci ne peut raisonnablement... [Lire la suite]
Posté par planes à 18:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mars 2011

Skyline

« Sous le rapport de la beauté, il n'y a rien, dans le monde, qui soutienne la comparaison avec des installations portuaires vues de nuit, dans la lumière orange de l'éclairage au sodium. Bien que je n'aie pas la prétention de pleurer si rarement que Roger Vailland, qui en sa qualité de bolchevique et de libertin répugnait doublement aux larmes, et dont on prétend que de toute sa vie il ne pleura que deux fois, la première quand il dut décrocher dans son bureau le portrait de Staline, et la seconde en découvrant le cratère de... [Lire la suite]
Posté par planes à 20:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2011

Sharon

Sharon Stone, à propos de Tomer Sisley, inventeur du stand-up :« Je le trouve si mignon, mais je le considère comme un petit frère ! Quand mes fils sont venus sur le plateau, je leur ai fait faire l'avion. Tomer m'a dit n'avoir jamais tenté cette expérience, même enfant. Cela m'a brisé le cœur. Je lui ai affirmé que je pourrais le faire avec lui, ce à quoi il a répondu : « Mais je pèse plus de 90 kilos, c'est impossible. » J'ai répliqué : « Mais si, je peux y arriver, tu n'imagines pas comme je suis forte. » Et alors je lui ai fait... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2011

Par le sternum

« Est-ce que les recroquevillements de ce genre n'engendrent pas la mélancolie qui est la plus méchante des tristesses ? Est-ce que cette dernière mérite d'être respectée ? Ne doit-on pas plutôt, dès qu'elle vient, l'empoigner par le sternum et la faire voler en éclats contre un arbre ? Est-ce que quand on est mouillé on se plaît à être mouillé ? Est-ce que l'on ne va pas plutôt vers un feu pour s'abriter et se chauffer ? Ce sont là, je le sais, des vérités grossières, mais vive ce qui est grossier. Personne ne m'ôtera cette... [Lire la suite]
Posté par planes à 20:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mars 2011

Génération de données

Je pourrais écrire en hommage à Liz Taylor, mais la mort de Maître Capello m'a plus encore ému. Pas plus mon genre de beauté qu'elle, à peine aperçu à la télé bien après son heure de gloire, il me rappelait mon grand-père, sans qu'aucune franche ressemblance physique ne le justifiât : ils étaient simplement de la même génération. Mon père relisait il y a peu les Tout l'Univers de son enfance pour retrouver, dans les photos du courrier des lecteurs, un peu de ce qu'il fut. Je les feuillette quant à moi parce que je trouve le titre de... [Lire la suite]
Posté par planes à 12:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]