30 mars 2011

Skyline

« Sous le rapport de la beauté, il n'y a rien, dans le monde, qui soutienne la comparaison avec des installations portuaires vues de nuit, dans la lumière orange de l'éclairage au sodium. Bien que je n'aie pas la prétention de pleurer si rarement que Roger Vailland, qui en sa qualité de bolchevique et de libertin répugnait doublement aux larmes, et dont on prétend que de toute sa vie il ne pleura que deux fois, la première quand il dut décrocher dans son bureau le portrait de Staline, et la seconde en découvrant le cratère de... [Lire la suite]
Posté par planes à 20:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2011

Sharon

Sharon Stone, à propos de Tomer Sisley, inventeur du stand-up :« Je le trouve si mignon, mais je le considère comme un petit frère ! Quand mes fils sont venus sur le plateau, je leur ai fait faire l'avion. Tomer m'a dit n'avoir jamais tenté cette expérience, même enfant. Cela m'a brisé le cœur. Je lui ai affirmé que je pourrais le faire avec lui, ce à quoi il a répondu : « Mais je pèse plus de 90 kilos, c'est impossible. » J'ai répliqué : « Mais si, je peux y arriver, tu n'imagines pas comme je suis forte. » Et alors je lui ai fait... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2011

Par le sternum

« Est-ce que les recroquevillements de ce genre n'engendrent pas la mélancolie qui est la plus méchante des tristesses ? Est-ce que cette dernière mérite d'être respectée ? Ne doit-on pas plutôt, dès qu'elle vient, l'empoigner par le sternum et la faire voler en éclats contre un arbre ? Est-ce que quand on est mouillé on se plaît à être mouillé ? Est-ce que l'on ne va pas plutôt vers un feu pour s'abriter et se chauffer ? Ce sont là, je le sais, des vérités grossières, mais vive ce qui est grossier. Personne ne m'ôtera cette... [Lire la suite]
Posté par planes à 20:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mars 2011

Génération de données

Je pourrais écrire en hommage à Liz Taylor, mais la mort de Maître Capello m'a plus encore ému. Pas plus mon genre de beauté qu'elle, à peine aperçu à la télé bien après son heure de gloire, il me rappelait mon grand-père, sans qu'aucune franche ressemblance physique ne le justifiât : ils étaient simplement de la même génération. Mon père relisait il y a peu les Tout l'Univers de son enfance pour retrouver, dans les photos du courrier des lecteurs, un peu de ce qu'il fut. Je les feuillette quant à moi parce que je trouve le titre de... [Lire la suite]
Posté par planes à 12:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2011

Chiche

L'Aube de l'Odyssée, qu'y disaient ! C'est le printemps et comme chaque année je songe alors à redonner vie à ce blog. Je me fais vieux en cette affaire et il y faut de plus en plus de volonté. Le novice n'est plus, qui se promettait d'écrire une note tous les deux jours et ne tenait pas le rythme deux semaines. Il utilisait l'endroit pour se délester de choses encombrantes et pour en exposer d'autres auxquelles il trouvait du charme : vidange et vendanges, points de vue et images du monde. Il était ridicule, mais il pouvait jouer au... [Lire la suite]
Posté par planes à 18:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2011

Pour ôter les obstacles

Après le débordement d'un ailier, plus souvent encore sur corner, tu aurais trouvé la position idéale pour reprendre le centre de ton équipier si le défenseur n'avait réussi à te devancer. Mais il a mal évalué la trajectoire, ou surestimé sa détente, le ballon le lobe et, une coudée plus loin, rebondit sur ton nez ou le sommet de ton crâne, toutes surfaces peu aptes à donner puissance et précision, enfin poursuit sa course au-dessus du but, ou devant sa ligne qu'il n'atteindra jamais : situation vécue vingt fois comme coupable, cent... [Lire la suite]
Posté par planes à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2011

Esprit d'équipe

Parodiant Caruso (« Les Français sont faits pour composer de la musique d'opéra, les Italiens pour la chanter, les Allemands pour la jouer, les Anglais pour l'entendre et les Américains pour l'acheter. »), on pourrait dire après le Arsenal-Barcelone d'hier soir : le football est fait pour être joué par des défenseurs français (Koscielny presque aussi parfait qu'Abidal), des latéraux brésiliens, des milieux espagnols et un attaquant argentin, arbitrés par des Italiens et encouragés par des supporters anglais. Et il n'est pas à... [Lire la suite]
Posté par planes à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2011

Vilain petit canard

    « Et les danseuses, quelle triste population ! c'est une laideur, une misère, une pauvreté de formes à faire pitié : elles sont maigres comme des lézards à jeun depuis six mois ; et quand on les regarde sans lorgnette au plus fort de leur danse, leur buste, à peine perceptible dans le frêle tourbillon de leurs bras et de leurs jambes, leur donne l'apparence d'araignées qu'on inquiète dans leurs toiles, et qui se démènent éperdument. Je ne sais si vous vous êtes avisé de faire une étude spéciale du cou et de la poitrine... [Lire la suite]
Posté par planes à 20:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2011

« Je hume ici ma future fumée »

Il y a quelques années, il arrivait que certains soirs d'été une fanfare brésilienne, faute de local sans doute, vînt jouer sur le terrain vague proche du terrain précis où nous jouions. C'était Copacabana, nous tentions des gestes fous et suivions sans en avoir conscience le rythme des marimbas et des tamborims. Aujourd'hui, nous avons migré de cinq cents mètres vers un synthétique de meilleure qualité ; les jours de mistral, nous respirons les relents du crématorium tout proche, nos gestes sont pathétiquement raisonnés et nous nous... [Lire la suite]
Posté par planes à 19:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2011

La carte est le territoire

Un jour j'aurai un GPS dans ma voiture, je m'y résous et presque m'en réjouis. Oserai-je encore sourire des histoires de Parisiens en 4x4 bloqués dans les rues étroites d'un village aveyronnais ? Non, mais je continuerai à rêver de posséder la France entière en Top25 et je ne perdrai plus mon temps à dessiner de grossiers plans urbains de repérage. Je me consolerai en prétendant que c'est Valery Larbaud dans Allen qui inventa la chose : « — tous les cadrans s'éclairent et les petites lampes ont chacune son écran, et il y a un système... [Lire la suite]
Posté par planes à 19:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]