17 juillet 2018

Nos ancêtres les Gaulois

Attendais-je le match avec impatience ? Non, mais je crois que je n'étais pas le seul : tous se préparaient plus à la fête qu'à la rencontre qui devait la permettre. Un match, c'est toujours un scénario inédit, imprévisible, unique, comment s'y préparer ? Qui pouvait imaginer hier une Croatie si dominatrice, une équipe de France si faible, deux buteurs croates coupables d'un but contre son camp et d'un pénalty, un but de Mbappé marqué de l'extérieur de la surface, etc. ? Alors que la fête était la répétition de celle de 1998, qui... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2018

Vingt ans après

La France est en finale, les Anglais ont perdu, tout est bien, même si la Croatie empêche le syllogisme et sa conclusion possiblement grandiose. La Croatie est une belle équipe, elle gagnera peut-être, mais la France peut avancer sans peur : elle est maîtresse du temps. La phase de poules était propice aux calculs, le sale boulot a été fait salement. Dans les matchs à élimination directe, elle a été impressionnante de maîtrise, et de maîtrise du temps. Il est dommage que certains joueurs aient cru nécessaire de truquer, de faire de... [Lire la suite]
Posté par planes à 18:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juin 2018

Padoue

Aujourd'hui je n'ai pas ouvert un livre. Ce que j'ai lu de mieux : le slogan du Slip français. « Tu veux changer le monde ? Commence par changer de slip. » (je ne garantis pas l'exactitude de la citation)
Posté par planes à 22:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2018

Le but

Match amical France - Etats-Unis, 78ème minute, égalisation de Mbappe pour la France. Nabil Fekir avance et fixe la défense américaine par sa conduite de balle, la plus proche en France de celle de Messi. Il décale Pavard, démarqué sur l'aile, qui fait un choix surprenant : l'espace en direction du but est ouvert, on s'attend à ce qu'il le prenne, mais lui choisit un centre en retrait instantané. Il gâche le décalage, pense-t-on. Disons qu'il le sacrifie contre un autre bénéfice, de surprise. Les défenseurs américains courent à toute... [Lire la suite]
Posté par planes à 16:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mai 2018

Le prisonnier

Dans l'épisode 11 de la saison 4 de Breaking Bad, Ted Beneke bute légèrement dans un pli du tapis. Je me souviens avoir naïvement pensé que la chose était admirable : soit l'acteur avait réellement trébuché et la prise avait été conservée pour l'effet de réel, soit l'accident était scénarisé et laissait ouvert le champ des interprétations : était-ce là conséquence de la joie, de la peur, de la culpabilité, pourquoi pas une annonce obscure du destin ? Un peu plus loin dans l'épisode, on comprend que le tapis avait été froissé par les... [Lire la suite]
Posté par planes à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2018

Coupez !

Breaking Bad, comme How I Met Your Mother, multiplie les prolepses. Une scène extraordinaire ouvre l'épisode, lequel se déploie pour expliquer comment on en est arrivé là. C'est le meilleur moyen de capter l'attention, on devrait sans doute dire de la capturer même. Ainsi Walter White, en slip, une arme à la main, enregistrant une vidéo testament dans le premier épisode de la série. L'incongruité de la scène est renforcée par ce paradoxe : il semble que le héros n'a aucun moyen de s'en sortir et la série commence par ce qui a tout... [Lire la suite]
Posté par planes à 06:07 - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 mai 2018

How to be a father ?

Il y a dans le seizième épisode de la sixième saison de How I Met Your Mother l'une des plus justes conceptions de la paternité que je connaisse. Marshall vient de perdre son père, il peine à surmonter l'épreuve et raconte à Ted un souvenir d'enfance : à l'arrière de la voiture familiale, sur la route des vacances, on le voit enfant, heureux, confiant dans le pouvoir qu'a son père de conduire la nuit. Pour lui qui ne voit pas plus loin que le halo des phares, cela lui paraît digne d'un super-héros. Plus loin dans l'épisode,... [Lire la suite]
Posté par planes à 22:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2018

Finale

Beau stade, belle ambiance, beau début de match des Marseillais. Et pourtant, on sait comment cela va se passer. À peine est-on pris d'un agréable doute sur l'occasion de Germain. Mais non, sa frappe est si loin du cadre, on sait qu'elle sera à ranger au nombre des occasions-qu'il-ne-faut-pas-manquer-sous-peine-de-le-regretter. L'arbitre est plein d'indulgence paternelle pour les Marseillais, même pas parce que le match a lieu en France, mais parce qu'il a pitié d'eux. Les Espagnols sont très corrects, Godin relève Lopez et Germain,... [Lire la suite]
Posté par planes à 22:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mai 2018

Wait for it

J'ai découvert How I Met Your Mother des années après tout le monde, commençant la série alors qu'elle était déjà terminée. J'ai beaucoup aimé les premières saisons. Je ne sais plus si c'est la quatrième ou la cinquième que j'ai trouvée ratée, remplie de scènes irréelles, comme si les scénaristes, lassés de tourner en rond, n'avaient trouvé que cette facilité pour s'évader. Ils ont eu beau redresser la barre ensuite, cette tricherie faisait peser un lourd soupçon sur les raisons de cet entêtement à toujours repousser le dénouement de... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2018

La très grande case de l'Oncle Sam

Chaque cinquante-sept secondes, en France, un « artiste » prononce cette phrase : « En France, on aime les étiquettes », ou sa variante : « En France, on aime bien mettre les gens dans des cases ». Trois fois sur cinq il s'agit d'un acteur ou une actrice qui explique ainsi l'échec public d'une de ses incursions dans le domaine de la chanson, de la mise en scène ou de la littérature, domaines qui chacun demande quelque perfectionnement technique. Il n'est pas indispensable dans l'art de la comédie, où les héritiers pululent. Et... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]