06 décembre 2017

Un bon gars (J.6)

Le temps passe, et les hommes. Je trouvais qu'on en faisait beaucoup pour d'Ormesson, et je ne parle pas du Pléiade, mais ce n'est rien comparé au flux continu d'hommage à Johnny. Cela rappelle un peu le décès de Jean-Paul II, en pire, c'est-à-dire avec twitter et BFMTV, et des programmes nécrologiques impudiquement fignolés.  Ce n'était pas rien, Johnny Hallyday, c'est ce qui ressemblait le plus par chez nous à Johnny Cash. Il était inexportable parce qu'il était très français au fond, sans l'être d'apparence.  Il avait... [Lire la suite]
Posté par planes à 22:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2017

D'Ormesson (J.5)

Depuis la nuit dernière, Jean d'Ormesson n'est plus. Je lis quelques nécrologies, sa page Wikipedia, cherche quelques photos de lui jeune, je n'en trouve que de décevantes sur lesquelles il a l'air vieux, alors que son charme de beau vieillard plutôt que de vieux beau tenait précisément à son air de jeunesse. Ce charme, je ne l'ai éprouvé que lors de ses passages télévisés, où sa gaieté faisait merveille, il fallait vraiment qu'il se mette à parler politique pour en atténuer l'efficace, cela ne manquait jamais, et finalement me... [Lire la suite]
Posté par planes à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2017

Mimicry (J.4)

Je croise beaucoup d'automobilistes corses, et ce n'était pas sans une certaine fierté que je les voyais traîner dans nos parages, apparemment non dénués de la beauté qu'un lieu commun associe à leur île, lointaine. J'ai appris depuis que ce sont en fait des indigènes, souvent jeunes, qui profitent de la latitude offerte par les nouvelles plaques où l'indication géographique n'est que décorative, pour décourager d'un 2A ou d'un 2B menaçant tout vandale ou conducteur belliqueux. Le Corse fait peur, il semble qu'on soit enclin à... [Lire la suite]
Posté par planes à 09:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2017

Dans une papillote (J.1)

Ne craignez pas d'avancer lentement, craignez seulement de rester sur place. Sagesse chinoise
Posté par planes à 19:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 novembre 2017

Un temps pour... (J.0)

Le temps passe, passons-le à notre tour, pour voir ce qu'il en reste. Journal. J.0
Posté par planes à 11:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2017

Impression d'Alaska

J'étais jeune alors, je méprisais sans économie, et les quelques jeunes filles auxquelles j'accordais grâce ne récompensaient pas ma clémence de leurs faveurs. Je me fis ethnologue et j'embarquai pour l'Alaska. Je fuyais mes semblables, et j'avais mis dans les Tlingits, avec leur langue étrange, l'espoir de rencontrer d'autres absolument autres. Au lieu de ça, je me retrouvai plus cerné d'ethnologues que dans ma triste Sorbonne. Carl Sagan, par sa série Cosmos, avait fait la gloire des chamans Tlingits : par transmission orale ils... [Lire la suite]
Posté par planes à 21:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2017

« Gimbre »

Nous sommes au cœur des vendanges et partout sur la route nous doublons des « Gimbre ». Certains modèles de benne ont leur nom, écrit en petit, dans un coin, mais pour les vignerons, c'est la « Gimbre », avec ses guillemets étranges, étrangers aux marques, presque littéraires. « Gimbre » : on croirait un gingembre évidé, ou une fantaisie de symboliste agacé que « timbre » ne rime à rien. « Tu prendras la Gimbre. », « Tu iras vider la Gimbre » :  la « Gimbre » est une machine, mais alors que les vendangeuses mécaniques ont ici... [Lire la suite]
Posté par planes à 22:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 septembre 2017

Concordance

Demain je n'ai rien vu.
Posté par planes à 21:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 septembre 2017

Demain

Est-ce qu'il y a chaque jour quelque chose à sauver ? Aujourd'hui, je ne vois rien. Mais demain ?
Posté par planes à 22:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2017

Epiphanie

« Térii ne cherchait point à dénombrer les saisons depuis lors écoulées; ni combien de fois on avait crié les adieux au soleil fécondateur. — Les hommes blêmes ont seuls cette manie de baroque de compter, avec grand soin, les années enfuies depuis leur naissance, et d'estimer, à chaque lune, ce qu'ils appellent "leur âge présent"! Autant mesurer des milliers de pas sur la peau changeante de la mer... Il suffit de sentir son corps agile, ses membres alertes, ses désirs nombreux, prompts et sûrs, sans s'inquiéter du ciel qui tourne et... [Lire la suite]
Posté par planes à 15:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]