18 février 2009

Ni Dieu, ni maître

« Si j'étais romancier, je serais Yann Moix .»Michel Onfray
Posté par planes à 12:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 janvier 2009

Maintenance

Disons que c'est un geste technique : il faut réamorcer la pompe. Et hygiénique : tout cela commence à croupir, et c'est en ce sens, surtout, qu'il faut se méfier de l'eau qui dort. C'est une opération de maintenance, un peu honteuse. C'est du metablogging.Je le fais aujourd'hui parce que c'est un jour faste : dans la rue j'ai croisé une naine.C'est une période un peu difficile, les terrains ne cessent de geler que pour devenir boueux. Et quand je marque de trente mètres, c'est d'une frappe écrasée qu'un gardien maladroit laisse à ma... [Lire la suite]
Posté par planes à 18:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 janvier 2009

L'an neuf

Santé, courage, légèreté et sens du rythme, à tous.
Posté par planes à 13:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 décembre 2008

Astringence

Déçu pour Bordeaux, surtout ébloui par l'intelligence tactique de la Roma, j'écris cinq lignes pour sauver de l'oubli cette femme d'une soixantaine d'années, sur la plage Boramar, qui faisait des ricochets avec une joie et un sérieux enfantins, sans grand talent mais avec une originalité gestuelle, un moulinet final, dont je ne sais trop s'il était astuce technique ou simple caprice esthétique, et ce chat qui dépeçait un pigeon devant l'église de Perelada, son œil gauche crevé et bleu, pareil à une grosse prunelle. Le fruit.
Posté par planes à 23:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2008

Tout l'univers

« Quel est le futuriste qui voudrait le vin pressé à l'instant même ou un violon de bois vert ? » Bois sec, bois vert, jazz et musique de liturgie médiévale, un mètre carré et l'infini.
Posté par planes à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2008

Du rythme !

Au rapprochement qu'établit Bernard Delvaille dans son brillant petit livre Vies parallèles de Blaise Cendrars et de Charles-Albert Cingria, j'ai envie d'adjoindre un troisième larron, Arthur Cravan, au risque de confirmer, par la faiblesse de l'analogie que ne semblent justifier que l'initiale commune et la nationalité helvétique, le jugement de Mme V., mon institutrice de CP, qui en moi voyait un « double-bourricot ».Mais d'abord, être suisse, ce n'est pas rien, cela vous préserve de quelques mobilisations. Arthur Cravan l'était... [Lire la suite]
Posté par planes à 20:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2008

From soul mate to playmate

L'une des principales utilités d'internet est de permettre, alors qu'on est à la recherche de nouvelles de fantômes du passé, d'apprendre qu'a posé dans Playboy une fille avec qui l'on a eu ce qu'il est convenu d'appeler une histoire d'amour, il y a quelques années, du temps de son innocence relative et de sa splendeur absolue — je n'aurai pas la goujaterie, tout de même, de donner le mois dont elle est miss. Une autre est d'avoir un blog, avec un ou deux visiteurs quotidiens, pour le claironner et pousser l'orgueil jusqu'à ajouter :... [Lire la suite]
Posté par planes à 18:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]
29 novembre 2008

Bullshit

De l'art de dire des conneries (On Bullshit), Harry G. Frankfurt.D'une conférence donnée à Yale, capitale mondiale des études postmodernistes et du bullshit, on a tiré ce livre, qui s'ouvre sur l'embarras du traducteur, Didier Sénécal. Il a fallu traduire bullshit, qui n'a pas d'exact équivalent en français, tantôt par connerie, tantôt par baratin. C'est bien embêtant, d'autant que le texte, essayant de cerner le concept de bullshit, dénombre et délimite ses voisins, rendant l'exercice de traduction plus périlleux que passionnant, et... [Lire la suite]
Posté par planes à 22:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2008

Le pélican, « cest oisel déifique »

« Pellican est oisel mirable », chante Guillaume le Clerc de Normandie au XIIIe siècle. Le pélican est oiseau lourd, son essor est laborieux, son vol incroyablement gracieux. Le Lévitique le dit impur et proscrit sa chair ; Buffon avec malice remarque que son mauvais goût justifie bien assez cette abstinence — Francisco Quevedo Villegas , dans ses Poésies burlesques, écrivait préférer un poulet mort à mille pélicans vivants. Le psalmiste l'associe au malheur et au désert, qui convient pourtant bien peu à ses mœurs. En Egypte,... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 novembre 2008

Bzzzzzzzz ! Oui, Bzzzzzzzz.

Lisant La Vie des insectes de Jean-Henri Fabre, je trouve la solution d'une énigme qui m'intrigue depuis longtemps mais dont j'ai laissé la réponse, par paresse, venir jusqu'à moi : le crocodile et le palmier, emblêmes bien exotiques de la ville de Nîmes, ont été choisis par les vétérans de la colonie en souvenir de l'Egypte par eux conquise.Plus loin, les pages consacrées à l'ammophile me ramènent à un soir de juillet dernier, quand le manège d'une guêpe fouisseuse dans son trou devenu caisse de résonance, m'avait distrait de... [Lire la suite]
Posté par planes à 18:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]