15 mars 2019

Le quart d'heure

Il y aurait quelque affectation à parler de quint d'heure, j'en conviens. Le cardinal de Retz lui ne jure dans ses Mémoires que par le quart d'heure, mais lorsque sa durée excède celle du moment décisif, ce moment à connaître puis à prendre en lequel consiste le chef-d'oeuvre de la bonne conduite, le mémorialiste le scinde encore en demi-quart d'heure. Mais il arrive qu'il faille à Gondi six jours, comme à Dieu pour créer le monde, quand l'âme la moins ecclésiastique du monde se résout à la voie religieuse et choisit de faire le... [Lire la suite]
Posté par planes à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2019

Quintessence

« Une affection ambivalente et quinteuse », écrit Berl à propos d'Émile Girardin et de sa fille Marguerite. Quinteux : sujet à des sautes d'humeur, à des caprices, selon Littré.  La quinte de nos jours n'est plus guère que de toux, sinon pour les musicologues. Les amateurs d'équitation même ne parlent plus de quinte quand le cheval fait des caprices, leur préférant ceux du sort et du quinté. La quinte de toux est appelée ainsi parce qu'elle revenait toutes les cinq heures. À l'époque du cardinal de Retz, les fièvres étaient dites... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2019

Histoire(s)

   « Sans elle, aurais-je pu écrire ce livre ? Depuis des années, je le voulais — et je n'y parvenais pas. Je m'étais fourvoyé, m'obstinais à recenser mes certitudes, surpris de les trouver à la fois tellement rares et tellement vaines ; car je crois en Dieu et ne crois pas à mon immortalité, mais je me comporte à peu près comme ceux qui croient le contraire. Je savais que « l'action n'englue pas l'homme » — et qu'en fin de compte, tout le monde est capable de tout. Il m'a fallu reconnaître que ses pensées ne l'engluent pas... [Lire la suite]
Posté par planes à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2019

Par l'événement

« J'ai donc examiné, pour mieux juger des choses présentes, tout ce qui s'est dit des passées depuis le commencement des premiers troubles ; j'ai considéré très exactement la conduite de ceux qui ont eu le plus de part dans ces affaires, et qui ont joué les premiers personnages dans ces tragédies si funestes à l'État. J'ai particulièrement arrêté mes pensées sur Monsieur le Prince et sur M. le cardinal de Retz, qui sont les deux personnes qui ont, ce semble, donné le mouvement à toutes les autres, et, après une recherche soigneuse et... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mars 2019

Sur la conduite de Monseigneur le cardinal de Retz

    « Je ne puis comprendre l'emportement ou plutôt l'aveuglement de notre siècle. Je ne vois personne qui ne se pique de politique ; je ne vois personne qui ne décide sur les affaires d'État, et je ne vois personne qui les connaisse. Le vulgaire ne se contente pas de former des conjectures : il pénètre jusque dans le secret des cabinets, il perce les mystères les plus cachés, il ajoute à des connaissances imaginaires des fantaisies chimériques. Ainsi tout est plein de fausses lumières ; ainsi les impressions, ou jetées... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mars 2019

Du vraisemblable

« Dans les tribunaux en effet on ne s'inquiète pas le moins du monde de dire la vérité, mais de persuader, et la persuasion relève de la vraisemblance : c'est à la vraisemblance que l'on doit s'appliquer, si l'on veut parler avec art. »Platon, Phèdre, traduction par E. Chambry. On sait dans le Gorgias à quoi Socrate compare la rhétorique : « elle correspond pour l'âme à ce qu'est la cuisine pour le corps. » Parler avec art, cuisine : il semble là n'y avoir que de bonnes choses, l'on s'explique mal que Platon en use à des fins... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2019

Gone Girl (aka la Vérité)

Avant Petit Paysan, nous avions regardé le remarquable Gone Girl de David Fincher, belle et retorse mise en scène du conflit entre le vraisemblable et le vrai. Tout nous pousse d'abord à croire que le personnage joué par Ben Affleck est le meurtrier mais ce scénario n'est pas celui du film, c'est celui qu'a par vengeance conçu son épouse trahie. Nous le comprenons à la moitié du film, qui survit brillamment à ce twist précoce. Le vraisemblable l'accuse, comment va-t-il rétablir le vrai ? En jouant le vraisemblable, l'amour contrit... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mars 2019

La carte et le territoire

Ce que je reproche à Petit Paysan, d'autres le reprochent à Houellebecq : n'être que le fidèle miroir d'une époque qui ne mérite pas qu'on s'attarde à son reflet. Les romans de Houellebecq sont pourtant bien plus que cela : l'analyse, l'humour, la création d'intrigues et de personnages, tout cela transfigure la veine réaliste. Prenons La Carte et le Territoire : le roman donne à Jed Martin l'épaisseur d'un personnage réel, son œuvre imaginé a d'ailleurs autant de réalité que celui de tant d'artistes, dont l'art conceptuel ne s'est... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mars 2019

Strike

Très vite j'ai compris que Petit Paysan n'était pas un film pour moi. Il me semble que Brisseau dit quelque part, peut-être à propos de Crin-Blanc, que la souffrance animale montrée au cinéma lui est insupportable. Il est bon que des gens dévoués diffusent des images révoltantes tournées en abattoir ; je sais qu'elles existent, mais je ne voudrais pour rien au monde les voir. Petit Paysan m'a d'emblée fait cet effet-là, et cette impression désagréable m'a poursuivi tout le film, pendant lequel je ne me suis guère distrait qu'à... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 février 2019

Ils

Il ne faudrait pas que cela devienne une mauvaise habitude, mais à nouveau j'ai la faiblesse de raconter l'un de mes rêves. Il est en deux volets qui semblent sans rapport, et qui pourtant sont inséparables : cette certitude me vint dès l'éveil. Dans le premier, je m'efforce d'alimenter avec efficacité mon poêle à bois, mais j'ai beau le charger comme un soutier jadis sa machine à vapeur, le feu ne prend guère ; c'est que je mets les bûches trop haut dans le poêle, loin du foyer et de toute possiblité de combustion. Le rêve n'est pas... [Lire la suite]
Posté par planes à 13:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]