Le disciple avait l'air préoccupé. A son maître qui lui demandait les raisons de son trouble, il répondit : « L'abdication de l'empereur nous jette dans une nouvelle ère. Reiwa évoque l'harmonie, mais aussi l'ordre, le commandement, et je crains pour nos libertés. »

« Tu es encore un enfant, lui répondit le maître. Comment pourrait-il exister une harmonie sans ordre, sinon dans l'imagination des fous et les velléités des lâches ? Tu crains les retours en arrière, mais ta foi dans le progrès n'est qu'espérance du retour d'une harmonie passée, qui n'est qu'illusion. Cesse de craindre, travaille dans le présent, conquiers l'harmonie. »