31 mars 2019

La matrice

Renée Hamon a été emportée par un cancer de la matrice, écrit Emmanuel Berl. Le mot de matrice a été à peu près supplanté par celui d'utérus, et le contexte médical ajoute ici à la façon étrange dont sonne désormais ce mot. On ne parle plus guère de matrice qu'en un sens figuré, parfois en référence au film Matrix des frères Wachowski, plus rarement au titre français du livre de T.E. Lawrence The Mint. Les Anglo-Saxons ont deux mots pour désigner l'organe, uterus et womb ; selon des sources de hasard auxquelles je ne saurais... [Lire la suite]
Posté par planes à 16:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2019

Mi-carême

Le carême est pour moi un temps ordinaire, je ne connais personne qui modifie en cette période son régime alimentaire, sinon ma grand-mère, mais bénignement : elle disposait près d'elle des sucreries qu'elle s'interdisait de toucher pendant quarante jours. Il ne restait pour moi du carême que des expressions un peu obscures, comme une face de carême, le carême-prenant qu'on entend dans une chanson de Reggiani, et la mi-carême. J'apprends que la liturgie catholique ne tient aucun compte de cette fête carnavalesque, dont l'origine... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mars 2019

Hourra

Ce matin, au sommet du clocher, la huppe était bien là.
Posté par planes à 16:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mars 2019

Les oiseaux eux ils disent pas non

Heureuse conjonction du temps calendaire et du temps qu'il fait : premier jour du printemps, franc soleil et ciel dégagé sans le zèle du vent. À cette lumière, de modernes scories prennent un charme inattendu : le 20 mars est la journée mondiale du bonheur et du bien-être. J'allume la radio, qui joue C'est le printemps de Léo Ferré. Je l'éteins, et j'entends le houp houp houp caractéristique de la huppe. Je sors et ne vois que des pigeons, mais je sais que je n'ai pas rêvé. Les premières années, je pouvais croire à un mirage, car... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mars 2019

Petits monstres

« Elle me disait : "Les jeunes filles sont de petits animaux très féroces." Anna de Noailles aussi disait : "Ce sont de petits monstres, gros de tout le mal qu'elles feront pendant trente ans." Mais je ne les croyais pas. » Emmanuel Berl, Rachel et autres grâces (« elle », ici, c'est Mary Duclaux).
Posté par planes à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2019

Le quart d'heure

Il y aurait quelque affectation à parler de quint d'heure, j'en conviens. Le cardinal de Retz lui ne jure dans ses Mémoires que par le quart d'heure, mais lorsque sa durée excède celle du moment décisif, ce moment à connaître puis à prendre en lequel consiste le chef-d'oeuvre de la bonne conduite, le mémorialiste le scinde encore en demi-quart d'heure. Mais il arrive qu'il faille à Gondi six jours, comme à Dieu pour créer le monde, quand l'âme la moins ecclésiastique du monde se résout à la voie religieuse et choisit de faire le... [Lire la suite]
Posté par planes à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2019

Quintessence

« Une affection ambivalente et quinteuse », écrit Berl à propos d'Émile Girardin et de sa fille Marguerite. Quinteux : sujet à des sautes d'humeur, à des caprices, selon Littré.  La quinte de nos jours n'est plus guère que de toux, sinon pour les musicologues. Les amateurs d'équitation même ne parlent plus de quinte quand le cheval fait des caprices, leur préférant ceux du sort et du quinté. La quinte de toux est appelée ainsi parce qu'elle revenait toutes les cinq heures. À l'époque du cardinal de Retz, les fièvres étaient dites... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2019

Histoire(s)

   « Sans elle, aurais-je pu écrire ce livre ? Depuis des années, je le voulais — et je n'y parvenais pas. Je m'étais fourvoyé, m'obstinais à recenser mes certitudes, surpris de les trouver à la fois tellement rares et tellement vaines ; car je crois en Dieu et ne crois pas à mon immortalité, mais je me comporte à peu près comme ceux qui croient le contraire. Je savais que « l'action n'englue pas l'homme » — et qu'en fin de compte, tout le monde est capable de tout. Il m'a fallu reconnaître que ses pensées ne l'engluent pas... [Lire la suite]
Posté par planes à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2019

Par l'événement

« J'ai donc examiné, pour mieux juger des choses présentes, tout ce qui s'est dit des passées depuis le commencement des premiers troubles ; j'ai considéré très exactement la conduite de ceux qui ont eu le plus de part dans ces affaires, et qui ont joué les premiers personnages dans ces tragédies si funestes à l'État. J'ai particulièrement arrêté mes pensées sur Monsieur le Prince et sur M. le cardinal de Retz, qui sont les deux personnes qui ont, ce semble, donné le mouvement à toutes les autres, et, après une recherche soigneuse et... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mars 2019

Sur la conduite de Monseigneur le cardinal de Retz

    « Je ne puis comprendre l'emportement ou plutôt l'aveuglement de notre siècle. Je ne vois personne qui ne se pique de politique ; je ne vois personne qui ne décide sur les affaires d'État, et je ne vois personne qui les connaisse. Le vulgaire ne se contente pas de former des conjectures : il pénètre jusque dans le secret des cabinets, il perce les mystères les plus cachés, il ajoute à des connaissances imaginaires des fantaisies chimériques. Ainsi tout est plein de fausses lumières ; ainsi les impressions, ou jetées... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]