« Une affection ambivalente et quinteuse », écrit Berl à propos d'Émile Girardin et de sa fille Marguerite. Quinteux : sujet à des sautes d'humeur, à des caprices, selon Littré.  La quinte de nos jours n'est plus guère que de toux, sinon pour les musicologues. Les amateurs d'équitation même ne parlent plus de quinte quand le cheval fait des caprices, leur préférant ceux du sort et du quinté. La quinte de toux est appelée ainsi parce qu'elle revenait toutes les cinq heures. À l'époque du cardinal de Retz, les fièvres étaient dites tierce, quarte ou quinte, selon la durée de leurs symptômes. Le bon médecin était celui qui savait attendre et n'intervenir qu'au bon moment. Bien des hommes alors durent leur survie à quelque saignée heureusement retardée. Je connais un ostéopathe, mais peut-être le font-ils tous, qui étalent ses manipulations sur trois séances distantes de plusieurs semaines ; ses gestes, s'ils ont le bonheur de ne pas nuire, laissent le temps au corps de se rétablir tout seul, aidé par un esprit plein de confiance. Un chat grièvement blessé va se terrer plusieurs jours dans un grenier, il en sortira remis, à peine boîteux ; nous envions souvent la sagesse des chats, mais il est bien rare que nous en fassions preuve.

Pourquoi avons-nous délaissé le substantif « quint » au profit du « cinquième » ? Je dois confesser un goût tout particulier pour cette fraction. Je me fous du tiers comme du quart, le cinquième est plus précis, et comme il est impair il suscite un intervalle médian. Le dixième commence déjà à sentir l'épicier, et ne parlons pas du pourcentage qui nous fait basculer dans le règne de la quantité. J'ai fait les deux cinquièmes de la route, pour dire que je ne fais qu'approcher de la moitié ; l'extrait qui m'a plu est aux trois cinquièmes de la page, afin de délimiter une zone imprécise mais centrale. Quinte est la juste mesure.