La France est en finale, les Anglais ont perdu, tout est bien, même si la Croatie empêche le syllogisme et sa conclusion possiblement grandiose. La Croatie est une belle équipe, elle gagnera peut-être, mais la France peut avancer sans peur : elle est maîtresse du temps. La phase de poules était propice aux calculs, le sale boulot a été fait salement. Dans les matchs à élimination directe, elle a été impressionnante de maîtrise, et de maîtrise du temps. Il est dommage que certains joueurs aient cru nécessaire de truquer, de faire de l'anti-jeu et d'emmener le ballon au poteau de corner, technique qui, outre qu'elle manque de panache, est globalement inefficace. Si Mbappe faisait l'économie des roulades, des simulations et des temporisations indignes, s'il se concentrait sur le jeu, il aurait un ou deux buts de plus au compteur, le titre de meilleur joueur du Mondial à partager avec Kante, et un ballon d'or à ne partager avec personne. On le compare souvent à Ronaldo, il n'a pourtant pas sa puissance, mais il a le coup de rein d'Anelka, auquel personne ne le compare. Qu'il joue avec le sourire du premier et tout ira bien. Car Mbappe est véloce, peut-être le joueur le plus véloce que le football ait connu, et il est très agréable de le voir ne serait-ce que courir. Et s'il est vrai que cette équipe de France écrit des scénarios sans surprise, parce qu'elle les écrit seule, espérons qu'elle parvienne cette fois à l'écrire jusqu'au bout de la compétition, obsession de Deschamps : la joie de la jeunesse millavoise sur le Mandarous faisait plaisir à voir, qui n'était pas que de nostalgie.