15 décembre 2017

Pour tout bagage (J.15)

Je tombe par hasard sur quelques minutes de L'Auberge espagnole, qui me plaisent plutôt. Judith Godrèche y est jolie, j'avais oublié qu'elle existait, une réminiscence pourtant m'assure du contraire : je l'ai revue il y a peu de temps. Mais non ! C'était Laetitia Hallyday. J'avais vu le film au cinéma, avec quelques amis, et je me souviens d'un franc enthousiasme : nous étions un peu plus jeunes que son héros, Barcelone n'était pas si loin et tout était encore possible. Nous regardions aussi les exploits de footballeurs plus âgés que... [Lire la suite]
Posté par planes à 21:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2017

Joyeux anniversaire mon fils !(J.12)

Une note pour dire que Johnny s'était choisi avec les Etats-Unis un modèle honorable, une autre pour déplorer le factice des célébrations officielles et supposer qu'il prend source dans une soumission de valet devant ce même modèle américain : il faut une note de synthèse pour essayer de me faire comprendre — et le fait de n'être pas lu ne doit pas me dissuader de le faire, c'est un confort, on gagne toujours à se passer d'un confort et toujours aussi à se rendre compréhensible. A la relecture, j'avais un peu honte de la formule... [Lire la suite]
Posté par planes à 12:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2017

Ça ne meurt pas un homme (J.7)

On a beau suivre ça de loin, quelques minutes de radio dans la voiture, quelques autres de télé dans le canapé, le temps d'entendre notre président évoquer un chanteur « populaire dans le bon sens du terme », ce qui est toujours déplaisant, le temps de voir Vincent Perrot parler sérieusement de la pensée politique de Johnny, le temps surtout d'assister à une surenchère commémorative et à une obsession de son organisation, tout ce temps, c'est le nôtre. Etre absolument moderne, ce n'est pas être de ce temps, mais être dans ce temps.... [Lire la suite]
Posté par planes à 23:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2017

Un bon gars (J.6)

Le temps passe, et les hommes. Je trouvais qu'on en faisait beaucoup pour d'Ormesson, et je ne parle pas du Pléiade, mais ce n'est rien comparé au flux continu d'hommage à Johnny. Cela rappelle un peu le décès de Jean-Paul II, en pire, c'est-à-dire avec twitter et BFMTV, et des programmes nécrologiques impudiquement fignolés.  Ce n'était pas rien, Johnny Hallyday, c'est ce qui ressemblait le plus par chez nous à Johnny Cash. Il était inexportable parce qu'il était très français au fond, sans l'être d'apparence.  Il avait... [Lire la suite]
Posté par planes à 22:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2017

D'Ormesson (J.5)

Depuis la nuit dernière, Jean d'Ormesson n'est plus. Je lis quelques nécrologies, sa page Wikipedia, cherche quelques photos de lui jeune, je n'en trouve que de décevantes sur lesquelles il a l'air vieux, alors que son charme de beau vieillard plutôt que de vieux beau tenait précisément à son air de jeunesse. Ce charme, je ne l'ai éprouvé que lors de ses passages télévisés, où sa gaieté faisait merveille, il fallait vraiment qu'il se mette à parler politique pour en atténuer l'efficace, cela ne manquait jamais, et finalement me... [Lire la suite]
Posté par planes à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2017

Mimicry (J.4)

Je croise beaucoup d'automobilistes corses, et ce n'était pas sans une certaine fierté que je les voyais traîner dans nos parages, apparemment non dénués de la beauté qu'un lieu commun associe à leur île, lointaine. J'ai appris depuis que ce sont en fait des indigènes, souvent jeunes, qui profitent de la latitude offerte par les nouvelles plaques où l'indication géographique n'est que décorative, pour décourager d'un 2A ou d'un 2B menaçant tout vandale ou conducteur belliqueux. Le Corse fait peur, il semble qu'on soit enclin à... [Lire la suite]
Posté par planes à 09:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2017

Dans une papillote (J.1)

Ne craignez pas d'avancer lentement, craignez seulement de rester sur place. Sagesse chinoise
Posté par planes à 19:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]