France - Samoa. Deux essais accordés par vidéo-arbitrage, le premier où la vidéo ne montre rien, la deuxième où elle se trompe (autre hypothèse : elle reconnaît ses limites, l'en-avant commis hors de l'en-but n'étant, de fait, pas de son ressort, et dans ce cas elle parasite le jugement des arbitres, déresponsabilisés). Surtout un beau gâchis avant le match : la voix du speaker du stade débitant un interminable discours pour je ne sais quelle association humanitaire, empiétant sans vergogne sur le Siva tau samoan, pathétique combat, déséquilibré techniquement, de la bonne conscience et du sacré.